CREA_alisports-chine

Sport : China’s new gold mine

Lors de leur voyage à Shanghai et grâce à un partenariat avec la Shangai Universtity of Sport (SUS), première université du sport en Chine,

les étudiants du master sport CREA ont eu la chance d’avoir accès à un programme particulièrement enrichissant avec au menu, des conférences fascinantes, des visites au sein des acteurs-clé du domaine et la présentation de leurs stratégies. Une excellente manière de percevoir les enjeux du développement du marché sportif en Chine et d’en mesurer l’ampleur : un véritable tsunami à venir…

Le sport : un facteur clé de croissance pour la Chine

La Chine voit progressivement son modèle économique évoluer : les exportations et les investissements – moteurs traditionnels de sa croissance – se retrouvent challengés par la consommation intérieure, dopée par la classe moyenne supérieure. Or, cette classe moyenne explose et devrait correspondre à un tiers de la population du pays vers 2030, soit 480 millions d’habitants, pour seulement 132 millions aujourd’hui. (Soulignons que le marché européen représente actuellement environ 500 millions de personnes.)

Une classe moyenne avide de consommation et de marques, qui consacre déjà une part de plus en plus importante de son budget familial aux loisirs, parmi lesquels le sport figure en bonne place.

« La Chine est désormais un pays développé, les chinois ont besoin de loisirs liés au sport ou à la culture » affirme Wang Jianlin, président du groupe Wanda, premier groupe immobilier au monde.

Ceci explique les très belles perspectives pour les marchés associés au sport : d’après le China eCapital Corp, le secteur pourrait croître à un rythme moyen de 20 % par an durant les dix prochaines années !

Un marché prioritaire pour le gouvernement

Il faut dire que le développement de l’industrie du sport est un objectif déclaré comme prioritaire par le gouvernement. Comme a pu l’expliquer aux étudiants le professeur LIU Donf Feng, le gouvernement constate que le sport ne génère pas assez de business en Chine. Le treizième plan quinquennal souhaite corriger cet état de fait et fait montre de très grandes ambitions, puisqu’il prévoit que cette industrie pèsera 3 000 milliards de yuans (430 milliards de dollars) d’ici la fin de l’année 2020, contre 550 milliards de yuans aujourd’hui (72 milliards de dollars). Ce qui devrait initier une forte progression de la part du sport dans le PIB, pour évoluer de 0,8 % aujourd’hui, à environ 3 % en 2020.

La Chine ne veut donc plus se contenter ni d’être l’usine des marques de sporting goods occidentales, ni de produire des champions destinés à valoriser le pays. Elle souhaite faire du sport une véritable arme économique, génératrice de richesse.

Le sport poussé par le gouvernement et de gros conglomérats privés.

La Chine, toujours considérée comme un régime autoritaire – et la nouvelle réforme de la constitution permettant à Xi Jinping de se maintenir au pouvoir à vie n’aidant pas à améliorer cette image – désire malgré tout ardemment gagner les cœurs et contribuer à se donner une image positive, tant face à sa population qu’à l’international. Alors quoi de mieux que le sport ? Si possible mondial et médiatisé. Par exemple, le gouvernement ne cache pas ses ambitions en ce qui concerne le foot et aurait l’intention d’héberger la coupe du monde 2030. La préparation des JO de Pékin est aussi une opportunité pour le gouvernement d’essayer de convertir son peuple aux plaisirs des sports d’hiver. Pour preuve, la Chine qui ne possédait aucune station en 2000 en compte aujourd’hui 650 avec 15 millions de journées de ski effectuées lors de la dernière saison (24 millions en Suisse).

Outre les investissements publics pour la pratique sportive, véritable business générateur de cash pour le pays, le gouvernement mise aussi bien entendu sur les capitaux privés et encourage les investissements chinois dans les infrastructures sportives, l’événementiel ou les produits et services liés au sport. Au cœur de ce dispositif : ALisport, la nouvelle filiale dédiée au sport d’Alibaba, leader chinois du e-commerce.

Les étudiants de CREA ont eu la chance de visiter Alisport et se voir présenter sa stratégie extrêmement ambitieuse, voire hors de mesure : Alisport souhaite tout simplement faire de la Chine une grande nation du sport et du rugby en particulier ! Pour le champion de l’e-commerce chinois, l’enjeu est lié à la création de contenus numériques. Ainsi, le rugby, quasi inexistant en Chine, offre de belles opportunités dans ce domaine. « Nous voulons éduquer tout un peuple à ce sport méconnu en Chine », tel est le leitmotiv d’Alisport annoncé à nos étudiants.

etudiants_crea_visitent_alisport_chine

Pour y parvenir, Alisport a conclu un partenariat avec la fédération internationale World Rugby et annoncé officiellement un investissement de 100 millions de dollars sur les 10 ans à venir. De son côté, World Rugby apportera son savoir-faire pour recruter et former 30 000 entraîneurs et 15 000 arbitres d’ici à 2020. Et contribuer également au programme « Get into Rugby » au sein de 10 000 écoles et universités dans 20 provinces, dans le but d’attirer les jeunes Chinois vers cette activité sportive. Les ambitions sont, là aussi très élevées, puisque l’objectif est de passer des 76’000 joueurs chinois actuels à un million dans les cinq prochaines années… Ce qui aura comme corollaire d’ouvrir à Alisport de gros débouchés de ventes de produits et services liés au rugby !

Une politique qui rencontre parfaitement les attentes des consommateurs chinois

Les Chinois sont très ouverts à toutes ces initiatives, car de plus en plus sensibilisés aux problèmes d’hygiène de vie et de santé. Ils désirent à la fois se prendre en main et vivre davantage selon le modèle occidental. D’où leur attirance pour toutes les enseignes de sporting goods, de streetwear et, aujourd’hui, pour les acteurs occidentaux qui ont su créer des marques très fortes, aux progressions de CA démesurées en Chine. Les étudiants CREA ont ainsi eu le privilège de recueillir le témoignage de très grandes marques comme PUMA ou The NORTH FACE, qui ont explicité leur problématique actuelle sur ce marché très dynamique et extrêmement prometteur. Des témoignages d’une valeur rare qui s’orientent tous dans le même sens : le sport est la nouvelle mine d’or de la Chine.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Accreditations LEARN MORE
SGS - ISO-9001 Eduqua Iaa
Partner organisations and associations LEARN MORE
Fsep Agep Edcom Private School Register

Courses

    Blog

      Pages

        Sign up for an info session Inscription à l'événement
        1. Required field
          Required field
        2. Please provide a valid email address
        3. Required field

        Veuillez patienter...