linkedin-conseils-de-pro

Conseils de pro pour dompter LinkedIn

Voilà maintenant plus de 10 ans que Raphaël Vian baigne dans le digital.

Après 7 ans chez Publicis à Paris comme directeur Social Media, il a oeuvré pour des marques internationales comme Coca, Heineken, Snickers ou M&Ms… pour ne citer que celles-ci. En Suisse, depuis 4 ans, il a d’abord officié en tant que directeur contenu et création pour l’agence Virtua puis a rejoint Wide en début d’année avec la fonction de directeur conseil, tout en s’occupant de la communication de l’entreprise, avec un goût prononcé pour les réseaux sociaux, bien entendu. Il nous a reçu au sein de sa nouvelle agence et accepté de partager son savoir. Attention spoiler : LinkedIn n’aura bientôt plus de secret pour vous !

LE PROFIL, L’ÉLÉMENT DÉTERMINANT À NE PAS NÉGLIGER

Aujourd’hui, les profils sont scrutés à la loupe. Il convient d’être extrêmement clair dans l’ensemble des informations que l’on fournit. Ce qui est primordial : posséder un profil propre, avec une photo de profil adaptée, autrement dit une photo qui vous reflète sur le plan professionnel. Les photos Facebook, c’est pour Facebook. Néanmoins, pour les personnes qui travaillent dans des milieux comme celui de la communication, il n’est pas obligatoire d’afficher un costume-cravate. L’objectif principal reste de renvoyer une image professionnelle et avenante.

Deuxième aspect stratégique : l’emplacement qui se trouve juste en-dessous de la photo de profil. Ici, il faut bien renseigner son statut. Exemple : en recherche de stage. Ne pas oublier de préciser le domaine d’activité. Pourquoi cette partie est-elle si essentielle ? Vous n’avez que quelques secondes pour convaincre la personne qui consulte votre profil, faute de quoi elle quittera la page et vous passerez peut-être à côté d’une opportunité.

Ensuite se trouve le texte descriptif . Tout un paragraphe n’est pas nécessaire, l’important est de réussir à décrire vos aspirations en quelques lignes. Se dévoiler un peu, dire ce que l’on a fait, ce que l’on souhaite faire, ce qui nous passionne… dans le monde professionnel. Le but n’est pas de faire la liste de ses hobbys.

Autre élément très important : prendre le temps de compléter l’ensemble de ses expériences. LinkedIn permet maintenant d’ajouter des médias à cette partie. Lorsque l’on rajoute par exemple : « a eu l’occasion de participer au lancement du site XY “ il faut évidemment mettre le lien du site, avec une photo qui s’y rapporte. De fait, les personnes et les recruteurs visiteront votre profil et verront directement ce que vous avez fait. Se contenter de texte n’est pas un mal en soi, mais comme la plateforme propose quelque chose de plus riche, il serait dommage de s’en priver. N’hésitez pas à utiliser Slideshare. Certains pensent que c’est un peu vide de sens, mais si vous avez réalisé des documents intéressants liés à vos études ou à différentes missions, mettez-les sur Slideshare ! De cette manière, les personnes pourront juger concrètement de la manière dont vous travaillez.

COMMENT FAIRE POUR SE DÉMARQUER

LinkedIn a beaucoup évolué ces dernières années. Auparavant, le réseau s’apparentait à des fiches professionnelles destinées à afficher son CV en ligne. Depuis quelques années, la plateforme a remis son concept à plat pour finalement ressembler à peu de choses près à Facebook. Du coup, un précieux conseil : créer du contenu. Le contenu est roi aujourd’hui sur l’ensemble des réseaux sociaux, et LinkedIn ne déroge pas à la règle.

Ce qui est particulièrement intéressant dans la création de contenu, c’est que vous avez deux possibilités.

  1. La création de contenu proprement dite :

Créez des articles sur les sujets qui vous intéressent. Dans ce cas, vous mettez votre matière grise à contribution, faites vos recherches et ensuite synthétisez le tout dans un article.

Voici les éléments à respecter :

  • Choisissez une image pertinente pour votre article, qui donne envie de cliquer (conseil CREA : vous pouvez en trouver auprès de banques d’images gratuites).
  • Citez vos sources.
  • Relisez-vous. ll serait dommage d’écrire un très bon article qui contienne 50 fautes d’orthographe (conseil CREA : less is more, une page A4 est un maximum).
  • (Conseil CREA : si vous avez le temps, faites-le relire par un expert du domaine).
  • N’hésitez pas à taguer les bonnes personnes. Exemple : grâce à cette superbe étude de @monsieurX…
  • Ne misez pas sur les hashtags. À l’image de Facebook, ce n’est pas très pertinent. Du moins pour le moment.

L’écriture d’un article demande beaucoup de temps, beaucoup d’investissement personnel. Néanmoins si l’article est bon, les retours peuvent être assez intéressants. Potentiellement, comme cela nous est déjà arrivé plusieurs fois chez Wide, vous risquez d’être contacté par d’autres professionnels. Et dans le cas où vous seriez en recherche de stage ou de job, voir des recruteurs toquer à votre porte.

  1. La curation de contenu :

La curation de contenu consiste à s’intéresser à différents sujets, lire différentes sources, et ensuite se les approprier en les partageant. En créant impérativement un résumé des informations que vous souhaitez mettre en avant. Parce que si c’est juste du partage, vous n’apportez pas vraiment de valeur ajoutée.

À noter que, plus vous êtes actif, mieux c’est. C’est-à-dire que si vous publiez un article par mois, vous n’aurez pas beaucoup de chances d’être visible. Deux à trois fois par semaine, c’est vraiment bien.

Vous pouvez donc diviser les tâches de la manière suivante : créer un article par semaine, accompagné d’une à deux curations. Vous pouvez également partager des contenus que vous trouvez intéressants, comme des publicités qui sortent du lot par exemple, si vous recherchez un stage dans la com. En suivant ce qu’il se passe dans l’univers des agences ou des marques, vous démontrez que vous êtes réactif et suivez les tendances.

LA RÈGLE D’OR : LIKER, COMMENTER, PARTAGER

L’un des aspects les plus importants de LinkedIn, si ce n’est le plus important : interagir avec le contenu des autres. La règle c’est : liker, commenter, partager. Lorsque vous commentez, essayez de trouver un sujet de discussion sur ce que vous avez lu. Si vous commentez juste pour dire très bel article, cela ne sert pas à grand-chose. Sur LinkedIn, il est nettement plus intéressant d’engager la conversation que sur des réseaux comme Facebook – où l’on donne seulement son sentiment par rapport à la publication avec une émoticône –.

Interagir avec les publications apporte beaucoup de visibilité car les personnes qui créent du contenu sur LinkedIn sont très attentives à leurs notifications. C’est donc un élément majeur à prendre en compte.

SE CRÉER UN RÉSEAU QUALITATIF

Ajoutez le maximum de RH à vos contacts. Pourquoi ? Parce que ces personnes répondent à tous les messages, à condition qu’ils soient bien écrits et bien ciblés. De plus, ce sont eux qui parfois postent directement les offres d’emploi avant qu’elles ne soient en ligne sur le site ou la page LinkedIn de l’entreprise.

Les RH, voilà LA cible à targeter.

Mon conseil (et LinkedIn le recommande aussi), c’est qu’à chaque fois que vous demandez à quelqu’un de vous ajouter à ses contacts, d’accompagner votre demande d’un petit message. Vous disposez de 300 caractères pour en exprimer les raisons. Précisez aussi que vous êtes à la recherche d’une opportunité si tel est le cas. Et si la personne n’est pas en mesure de répondre positivement, la prier de vous mettre en contact avec l’un de ses contacts. Si vous faites une simple demande d’ajout brute, l’on vous dira surement oui, mais cela n’ira pas plus loin.

LA QUESTION EXISTENTIELLE : DOIS-JE ACCEPTER TOUT LE MONDE ?

Personnellement, je n’accepte pas les gens avec qui je n’ai pas de relations en commun. Je ne les accepte que si je reçois ce fameux message expliquant la raison de leur démarche. De plus, je n’accepte jamais les personnes d’un métier étranger au mien. C’est peut-être une erreur, car si dans 10 ans je veux devenir boulanger, et qu’il y a des boulangers que j’aurais refusés, je vais le regretter. Au final, j’accepte quand même pas mal de monde : prestataires, partenaires potentiels, et cercle du monde de l’entreprise. Et évidemment les clients !

UN DERNIER CONSEIL POUR LA ROUTE

Dernier petit conseil. Quid des personnes qui regardent votre profil ? Si ce genre de personnes vous intéressent, n’hésitez pas à les recontacter. N’envoyez pas un message du style « Merci d’avoir regardé mon profil », mais plutôt « est-ce que nous pouvons échanger sur un sujet particulier ? » . Aujourd’hui, trop de gens s’enquièrent de connaître le nom de la personne qui a consulté leur profil, mais ne prennent pas le temps de s’intéresser à elle, de lui demander un ajout, ou mieux d’initier une communication directe avec elle.

LE RÉCAP’

  • Avoir la page professionnelle la plus propre, concise, et riche possible. Ne pas hésiter à mettre l’ensemble des travaux réalisés sur SlideShare.
  • Soyez le plus visible possible de façon qualitative en créant du contenu directement sur la plateforme. Vous pouvez également faire de la curation de contenu, c’est-à-dire partager des news du secteur complétées par votre petit résumé et les 5 points que vous avez retenu. Lorsque vous partagez du contenu, citez évidemment vos sources.
  • N’hésitez pas à interagir avec votre réseau. Liker, commenter, partager.
  • N’acceptez pas n’importe qui, mais ne soyez pas non plus trop restrictif.

Et last, but not least :

  • Ajoutez tous les RH, car c’est votre cible numéro un.

Bonne chance !

Propos recueillis par Nicolas Mathias

Photo : adweek.com

Vous pouvez, bien entendu, retrouver Raphaël Vian sur LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Accréditations En savoir plus
SGS - ISO-9001 Eduqua Iaa
Fédérations et associations partenaires En savoir plus
Fsep Agep Edcom Private School Register

Formations

    Blog

      Pages

        Inscription à une séance d'info Inscription à l'événement
        1. Merci de remplir ce champ
          Merci de remplir ce champ
        2. Merci de fournir une adresse e-mail valide
        3. Merci de remplir ce champ

        Veuillez patienter...